Vous êtes dans : Accueil > Découvrir > Découvrir Senlis > Histoire et Patrimoine > L'Abbaye St Vincent et les fortifications médiévales

L'Abbaye St Vincent et les fortifications médiévales

Rempart médiéval

Le quartier St Vincent avec l'Abbaye St Vincent, le rempart médiéval et la rivière Nonette invite à la flânerie...

Sur l’emplacement des ruines d’une chapelle, l’abbaye Saint-Vincent est édifiée à l’initiative de la reine Anne de Kiev, épouse du roi Henri 1er. L’église fut consacrée en 1065 et terminée quatre ans plus tard.
L’abbaye est confiée aux chanoines réguliers de l’ordre de saint Augustin. Dans l’église Saint-Vincent, telle qu’elle se présente aujourd’hui, la partie la plus ancienne est la petite chapelle annexée au transept nord, dont le mur, d’une épaisseur exceptionnelle, est un possible vestige de l’église achevée en 1069.

La disposition de l’église par rapport au cloître n’est pas traditionnelle, car il ne se situe pas au Sud de l’édifice religieux. L’église est rehaussée au XVIIe siècle pour contrer l’écrasement de la façade du monastère voisin. Le cloître, de forme rectangulaire, ouvre sur de larges galeries.

Abbaye de Saint-Vincent vue depuis la rue de Meaux

Saint-Vincent disparaît de la vie religieuse avec la constitution civile du clergé en 1790. Vendu comme bien national, le bâtiment est successivement utilisé comme hôpital militaire, caserne, filature puis maison d’éducation à partir de 1836, renouant ainsi avec sa vocation première : l’enseignement.
A cette même date, l’ensemble des bâtiments est racheté par l’évêché puis par la congrégation des Maristes en 1869. De nos jours, un lycée privé occupe les lieux.

A proximité, le Couvent de la Présentation du XVIIe siècle, appartenant aux sœurs de Notre-Dame de La Présentation, comptait 46 religieuses jusqu’en 1780.
Après la Révolution, le couvent devient un Institut des Chevaliers de saint Louis. Le bâtiment fait désormais partie du lycée Saint-Vincent.

Survolez l'édifice fondé par Anne de Kiev :

 

Renseignements pratiques
Ouverte uniquement pendant les journées européennes du patrimoine.
Entrée gratuite, au 30 rue de Meaux.
Lycée st Vincent : Tél. : 03.44.53.96.40.

Les fortifications médiévales :

La construction des remparts débute sous le règne de Philippe Auguste et s’achève vers 1285-1288. Le tracé de l’enceinte médiévale fut modifié pour inclure le quartier Saint-Vincent ce qui affaiblit son rôle défensif. Au XVIe siècle, huit éperons renforcent la muraille, seul l’éperon de la porte de Meaux est encore visible. Les plates-formes reliant les éperons sont toujours présentes : remparts de l’escalade, de Saint-Vincent, de Bellevue, passage des Carmes ainsi que le Montauban.

De nombreuses tours jalonnaient cette ligne de défense, la tour du « Jeu d’Arc » située entre le Montauban et le rempart des Otages en est le seul témoin. De larges et profonds fossés entourent les fortifications. Au sud, La Nonette, rivière déviée et aménagée, forme une ligne d’eau au pied des remparts. L’enceinte médiévale résiste à de nombreux sièges, en particulier pendant la guerre de Cent Ans, en 1918 et durant les troubles de la Ligue.

Ajouter à mon carnet de voyage

Partager cette page